12 juillet 2010

Les mecs, s’abstenir svp !

Oui, si tu passes par là et que tu es un homme, ferme ce blog, et passe ton chemin. Car ce que je vais raconter là est une vraie histoire de nanas. Du genre de celles que les hommes détestent.

Donc, toi qui es une femme, je vais te raconter la mésaventure qui m’est arrivée ce matin au boulot. Bon voilà, j’ai mes ra gnangnan. Jusque là, rien de grave. C’est la vie et ça arrive. Une fois par mois même ! Sur les coups de 11h, j’étais entrain d’écrire un mail super important quand je me suis dis qu’il serait peut-être bien d’aller changer mon Tampax. Tu vois, ce mail que j’écrivais, j’étais à fond dedans. Parce que les événements professionnels des dernières semaines m’ont prouvés que dans un mail, chaque mot compte et que tu as intérêt à faire vachement gaffe à ce que tu écris. 

Bref. J’arrive au pipi room, la tête toujours à fond dans mon mail, je change mon Tampax et là, p*****, je l’ai senti passé, c’est le cas de le dire. Car figure-toi qu’avant de mettre le propre, ben j’ai oublié d’enlever l’autre. Et ce con, il est parti se fourrer je sais pas où…. mais j’ai eu mal ! Purée ! Et là, la panique totale. J’enlève le nouveau, et telle une exploratrice à la recherche du trésor perdu, je pars à la recherche de l’indésirable avec pour seuls instruments de navigation mes doigts. Ah ! C’est vraiment glauque ! Mais b***** ! Elle est où cette ficelle ???!!!

Rien à faire. Je ressors du pipi room (après une désinfection totale des mains, je te rassure), retourne à mon bureau en essayant de retrouver mon calme afin de trouver une solution. Car là tu vois, je paniquais grave. C’était sur, j’étais bonne pour une salpingite aiguë, on allait m’enlever ovaires et utérus… bref, c’est sur j’allais mourir d’une très grave infection.

Je m’assois et là, encore une fois purée !, je peux te dire que j’ai su où il s’était planqué le con. J’ai eu mal ! Tu peux pas savoir. Je crois même que j’ai aggravé la situation pendant l’exploration. Donc, à l’évidence, je ne pouvais plus m’assoir. Gênant pour bosser quand même.

Pragmatique (enfin j’en suis pas certaine), j’analyse les trois options qui s’offrent à moi :

-      Téléphoner à ma gynéco pour avoir un rdv dans cinq mois. Pas raisonnable.

-      Aller aux urgences à pied (pas moyen de m’assoir au volant) à l’autre bout de la ville et poireauter (debout bien sur) quatre heures dans la salle d’attente juste pour me faire ridiculiser devant une bande d’interne boutonneux examinant mon un tampax coincé. Plutôt crever.

-      Aller chez mon médecin qui à la bonne idée de crécher dans la même rue que mon travail, à cinq minutes à pied, et me ridiculiser une fois de plus. Bon après tout, je suis plus à ça prés.

Option trois retenue.

Je téléphone à mon bon docteur, lui explique que je dois le voir tout de suite, c’est très urgent, mais que là, je peux pas lui expliquer, c’est un peu délicat. « Je vous attends » me dit-il « je vous prendrai entre deux ». Ouf ! Ok. Je respire. Mes chances de survie sont bonnes. Note bien au passage que je déteste les gens qui viennent chez le médecin « entre deux », sans rdv. Je trouve vraiment ses personnes sans gêne ! Me suis donc promis d’être plus indulgente avec eux désormais.

Oui mais voilà ! Pour aller chez le médecin, il fallait que je prévienne ma chef que je m’absentais. Tu sais, la connasse qui me fait chier pas possible en ce moment.

Grand moment de solitude.

J’entre dans son bureau : « B je dois m’absenter pour aller chez le médecin. C’est urgent». « ben, t’as pas l’air malade ? ». « Non, j’ai un problème », « un problème ? », « oui, j’ai eu un problème dans les toilettes ». Je pensais qu’avec tout ça elle comprendrait. Ben non. « Dans les toilettes ??? ». Et me voilà, lui expliquant à voix basse ma mésaventure du Tampax. Et là, cette pouffe, elle s’est vautrée de rire sur son bureau et a hurlé bien fort : « un Tampax coincé !!! ah ah ah ah … y’a bien qu’à  toi que ça arrive ça ! Ah ah ah ah … » Je te jure que elle a rit et parlé tellement fort, que je suis certaine que tout l’étage l’a entendu.

« Bah ! vas-y chez le docteur, fais moi juste une liasse d’absence pour être couverte en cas d’accident », sais jamais, si je croisais un autre Tampax dans la rue, vaut mieux être prudente, « je ne te compterai même pas les heures de congés » genre, ma pauv fille, t’es déjà mal barrée, je vais pas en rajouter en plus !

J’arrive chez le docteur, DEBOUT dans le couloir, pas question de me ridiculiser dans la salle d’attente, cinq minutes interminables et il me fait entrer. Rouge comme une tomate, je lui explique mon pb tout en tentant de me justifier d’être une telle imbécile (le boulot, ce mail…). Il sourit avec indulgence et me dit que cela arrive bien plus souvent que je ne l’imagine ! Que le « décoinçage de tampons » est même devenu un incontournable du généraliste. Par précaution, je lui ai demandé un traitement antibiotique (suis prudente), mais il m’a dit qu’un con Doliprane 1000 ferait l’affaire et que dans deux heures j’aurais tout oublié. Si seulement cela avait pu être vrai ! Dix minutes plus tard et un Tampax en moins, je suis ressortie enfin débarrassée de l’infâme petit con. 22 € le Tampax quand même. Y’a pas à dire, le coût de la vie, c’est plus ce que c’était ! Vraiment trop la honte. Vu l’heure, je me suis dis que valait mieux rentrer à la maison et me remettre de mes émotions.

Quand je suis revenue au taf en début d’apm, j’ai croisé l’autre conne qui m’a demandé en pouffant de rire et bien fort, texto, si « la désincarcération n’avait pas été trop douloureuse ». PETASSE !!! C’est sur, tout le monde est au courant. « Même pas mal » que je lui ai répondu, « et même que le toubib m’a dit que cela arrivait souvent », genre fais gaffe ma grande, c’est pas parce que tu as un Bac+12 que ça ne peut pas t’arriver à toi aussi. Puis je me suis planquée dans mon bureau. Voulais plus voir personne. Voulais plus parler à personne.

Sauf que chez nous, la tradition veut que personne ne ferme sa porte. Forcément, je ne pouvais pas les rater quand ils passaient tous devant mon bureau en se marrant. Alors là ma fille, ma fierté à repris le dessus. Tête haute, je suis descendue à la cafét chercher un café. Je tombe sur P et G. Deux mâles. A leurs têtes, j’ai su qu’ils savaient. Alors je me la suis joué autodérision : « Vous êtes au courant de ce qui m’est arrivé ! »,  « Oui, C nous a tout raconté ». La salope !!! Même C est au courant. Autant dire que c’est tout le bâtiment, les annexes et même le garage qui sont au courant ! « Ah, c’est difficile d’être une femme parfois » je leur soupire. « Mouais. Etre un mec aussi des fois ». Moi : « Non ! Sans blagues ! A vous aussi il vous arrive des trucs dans ce genre ? ». Silence radio. « Allez ! vous vous êtes bien coincé la zigounette dans la braguette au moins une fois ! » Si tu avais vu leur tête ! J’ai cru qu’ils allaient tomber raide d’un coup. G : « oui moi une fois, et j’ai douillé ». P : « ben moi aussi, j’étais bourré. Ça m’a dessoûlé  vite fait ». Et moi de repartir la tête haute en concluant « c’est vraiment trop dur la vie ! »

Je suis retournée finir de putain de mail, fière de moi, en vérifiant quand même que le mot Tampax ne s’était pas coincé par erreur entre deux mots, vu que c’était mon obsession du jour !

Le coté positif c’est que j’aurais au moins une chose à raconter aux deux nouilles quand elles vont rentrer de colo. « Et toi maman, qu’est que t’as fais pendant les vacances ? (Ah bon ? Suis en vacances moi ? Première nouvelle). Ben mes chéries, je suis alleé voir le Docteur P pour qu’il me décoince mon Tampax. Allez, j’imagine la suite. A bien y réfléchir, je vais peut-être garder ça pour moi. Car c’est certain, ma mésaventure sera sur facebook dans l’heure qui suit. Comme toutes mes conneries d’ailleurs. Et j’en connais qui vont bien se payer ma tête.

Heu… Juste une question ? ça t’es déjà arrivé ou alors il n’y a que moi pour faire des conneries pareils ?                              

Posté par The Three of us à 16:50 - Commentaires [14] - Permalien [#]


Commentaires sur Les mecs, s’abstenir svp !

    Ah que non ! Même pas le coup de la braguette (je touche du bois) !
    (Main gauche...)

    En revanche, une fois j'en ai poussé un "un peu trop loin", dans... l'urgence du moment !
    Pas eu l'air kon, figure toi.
    Que je n'y croyais même pas d'ailleurs.
    Mais la dame, ça lui a coupé toute envie d'étreinte sensuelle quand même.

    Bref : une chose à la fois dans cet endroit-là !

    Posté par L'ignoble, 15 juillet 2010 à 16:58 | | Répondre
  • J'avais dis : "réservé aux nanas"! Tu es ignoble!

    Posté par Marie-Astrid, 15 juillet 2010 à 18:57 | | Répondre
  • Attends une seconde : je regarde si j'en suis bien un d'abord, j'avais pas vérifié hier...

    Posté par L'ignoble, 16 juillet 2010 à 09:25 | | Répondre
  • Tu as raison sur deux points :

    1 - Vérification faite, je suis bien un mek, avec tout l'outillage adéquate en état de marche...

    2 - Je suis bien un ignoble : c'est marqué comme ça !

    Conclusion, je peux encore tout te faire...
    Mais juste pour ton plaisir !

    Posté par L'ignoble, 16 juillet 2010 à 09:29 | | Répondre
  • je n arrive pas à me décider sur le pire de la situ :

    1- l'oubli en soi (l'horreur)

    2- devoir me le faire retirer par un doc (interne ou généraliste - mm combat, quoi que encore moins le généraliste à qui je devrai montrer ma gorge irritée à la prochaine visite)

    3- expliquer à ma pire ennemie la raison de mon absence

    4- que tout le bureau en parle

    5- te mains.

    dur dilemme

    Posté par v., 16 juillet 2010 à 11:03 | | Répondre
  • je n arrive pas à me décider sur le pire de la situ :

    1- l'oubli en soi (l'horreur)

    2- devoir me le faire retirer par un doc (interne ou généraliste - mm combat, quoi que encore moins le généraliste à qui je devrai montrer ma gorge irritée à la prochaine visite)

    3- expliquer à ma pire ennemie la raison de mon absence

    4- que tout le bureau en parle

    5- te mains.

    dur dilemme

    Posté par v., 16 juillet 2010 à 11:03 | | Répondre
  • e n arrive pas à me décider sur le pire de la situ :

    1- l'oubli en soi (l'horreur)

    2- devoir me le faire retirer par un doc (interne ou généraliste - mm combat, quoi que encore moins le généraliste à qui je devrai montrer ma gorge irritée à la prochaine visite)

    3- expliquer à ma pire ennemie la raison de mon absence

    4- que tout le bureau en parle

    5- te mains.

    dur dilemme

    Posté par v., 16 juillet 2010 à 11:03 | | Répondre
  • je n arrive pas à me décider sur le pire de la situ :

    1- l'oubli en soi (l'horreur)

    2- devoir me le faire retirer par un doc (interne ou généraliste - mm combat, quoi que encore moins le généraliste à qui je devrai montrer ma gorge irritée à la prochaine visite)

    3- expliquer à ma pire ennemie la raison de mon absence

    4- que tout le bureau en parle

    5- te mains.

    dur dilemme

    Posté par v., 16 juillet 2010 à 11:03 | | Répondre
  • V. Le pire de ma situation fut l'explication et la réaction de ma pire ennemie du moment. Les collègues, je les ai affrontés avec humour et autodérision au final. Et c'est oublié maintenant. Enfin j'espère! Mais l'autre conne, à chaque fois que je la vois, elle a un petit sourire en coin qui m'indique qu'elle se marre bien. Heureusement qu'elle part en vacances dans exactement 25 minutes...

    L'ignoble, heureuse de savoir que tout le matériel est en place et en bon état de fonctionnement!

    Posté par emma, 16 juillet 2010 à 11:39 | | Répondre
  • Bonjour !! Je découvre un peu les lieux

    Bon, moi ça m'est jamais arrivé, mais c'est parce que je mets pas de tampax, je suis sure. Je crois bien que ça arrive à beaucoup de filles, en effet. Ne t'en fais pas, et puis tu as superbement géré les mâles qui étaient au courant !! Moi je me serais terrée dans le bureau en me persuadant que personne ne savait malgré l'évidence

    Posté par snana, 19 juillet 2010 à 09:14 | | Répondre
  • Morte de rire

    J'arrive de chez Sophissime et j'ai tellement explosé de rire en te lisant que ma fille a débarqué en demandant pourquoi... "oh rien, c'est l'histoire d'une nana qui s'est coincé un tampax dans le..." Quoiiiii ? Mais c'est dégoûtant, qu'elle a répondu, l'ado ! Peuh, aucun sens de l'humour à 15 ans !

    Posté par Ariane, 19 juillet 2010 à 19:22 | | Répondre
  • Pour votre info, mes deux chéries sont rentrées à la maison. Ce soir, j'ai eu droit à la traditionnelle question "ben et toi maman, qu'est-ce que tu as fait?". J'ai hésité deux secondes et j'ai préféré me taire. "Moi? rien de spécial! la routine...". Suis pas certaine d'avoir envie de raconter mes exploits!

    Posté par emma, 19 juillet 2010 à 21:33 | | Répondre
  • Bé comme elles arriveront à lire un jour ou l'autre tes posts...
    Pas sûr que ce soit vraiment la bonne stratégie.
    Mais tu aviseras à ce moment là !

    Posté par L'ignoble, 20 juillet 2010 à 15:20 | | Répondre
  • Elles ne savent pas même que j'écris un blog. "Toi écrire un blog??!! Tu ne saurais même pas comment faire!". Pour l'instant je préfère les laisser avec leur certitude d'avoir une mère qui sait tout juste lire un mail...

    Posté par emma, 20 juillet 2010 à 16:50 | | Répondre
Nouveau commentaire