16 juillet 2010

Appelez-moi Jennifer Beals !

80s dance flicks « Being Mama

Appelez-moi Jennifer Beals !

Voici le billet que tu attends, avec impatience je me doute, sur le sujet délicat de mon postérieur. Comme tu le sais, mes chéries lui ont donné un affectueux surnom : « le département ». Je les aime mes filles ! Bon. Même si elles ont tendance à exagérer et à sur-qualifier le problème, il faut bien l’avouer, il y a un peu de vrai dans tout cela. En même temps, on a le postérieur qu’on mérite. Coca, bonbons, gâteaux, Mac Do and Co….. Ma seule activité physique consistait à aller la dimanche à pied à la boulangerie à 300m de chez moi (et encore, c’est parce qu’il n’y a pas de place où se garer !). Quand je vais à la piscine, je ne mets pas un orteil dans l’eau (si, si), je bouquine dans un transat. Je n’ai pas couru depuis…. Ben tiens, je ne sais même plus ! (La terminale en fait). Et comble de la honte, je n’ose même pas l’avouer, je vais au taf en voiture, alors que, top chrono, je mets six minutes à pied (dix en voiture !). Quand tu sais, mais tu ne le sais pas encore, que je suis la « Madame Environnement » de la boîte, ça craint un peu tout de même !

Bref. J’en arrive à la télé. Tu vas comprendre pourquoi. Je pourrais me la péter et te dire que la téloche c’est vraiment de la merde, très peu pour moi, préfère aller au théâtre, au concert, au ciné, à une expo etc, etc … De la culture quoi ! Mais non, je vais être honnête avec toi. La télé, c’est sur, c’est vraiment de la merde, mais rien ne me fait plus plaisir que de me légumer des heures durant dans mon canap’, à regarder un tas de conneries jusqu’à pas d’heure. Même si la plupart du temps, je me légume avec un bouquin. J’arrive à faire les deux. Lecture et télé. Fortiche la fille ! Je suis vraiment grave ! Tiens. Un exemple. Hier soir, trois ados ont débarqué à la maison. Pomme est toujours (vivante) en Corse – mon blackberry aussi, mais oui ! Ses copains sont quand même passés hier soir à la maison, histoire de me dire bonjour. Antoine et Vic étaient chez Pierre-Alexis, le voisin, et ils en ont donc profité pour venir faire la bise. Quand je dis « venir faire la bise », il faut traduire, squatter mon salon et mon ordi pendant deux heures, et dévaliser mes réserves de pizzas que nous avons mangé assis par terre sur mon beau tapis tout neuf. Quand je te dis que j’ai l’impression d’être gérante d’une auberge de jeunesse ! Bref, tout ça pour te dire que lorsqu’ils sont arrivés les petiots, ils m’ont surpris en flagrant délit. Je regardais Secret Story. C’était déjà un peu la honte en soi, mais le pire, c’est que je me suis aperçue en discutant, que j’en savais plus qu’eux sur tous les potins de la maison des secrets, le tour de poitrine des participantes et j’en passe et des meilleures ! Après leur départ, j’ai réfléchis, tourner en rond, me suis dis que cela ne pouvait plus durer, que je ferais mieux de bouger mon c**, ai pris beaucoup de bonnes résolutions….. Avant de m’affaler dans les bras de mon canap’ pour regarder trois épisodes de la nouvelle série de France 4, « Mens in trees ». On y parle d’amitié, d’amour, de sexe, de la complexité des relations amoureuses, de l’amitié entre hommes et femmes (possible ou pas ?), de la recherche de soi, du bonheur, de l’amour, des autres. Parce que tu vois, je suis une grande sentimentale et romantique moi ! Certes, la série n’est peut-être pas très percutante, mais comme en ce moment ce sont des sujets qui me percutent moi, cela suffit à mon bonheur. Comme en plus, l’acteur principal est sexy, beau comme un dieu, musclé là où il faut, avec un charme à se damner, je suis doublement comblée !

Re-bref. Pour tout ça pour en arriver à te dire, que parmi toutes ces m*****, il arrive parfois que la TNT nous ressorte un bon vieux film de dessous les fagots ! J’ai ainsi pu pleurer comme une madeleine pour la centième fois devant « Out of Africa », ah… Robert ! Et il y a quelques temps, bingo, le jackpot : « Flashdance ». THE Flashdance. Mon Flashdance. Celui qui a bercé mon adolescence en même temps que « La Boum ». Ce film m’a marqué d’autant plus, que j’avais quatorze ans et que c’était la première fois que ma mère m’autorisait à aller avec une copine au ciné l’après-midi. Pas le soir, faut pas exagérer quand même. Et ça, c’était déjà un exploit en soi. Quand j’aurai l’occasion de te parler de Madame mère (rien ne presse !), tu comprendras mieux la nature de l’exploit…

Donc, ni une ni deux, je scotch les filles sur mon canap’ cheri, interdiction de bouger avant la fin du film, une seule pause pipi autorisée, et les oblige à savourer en ma compagnie ce chef-d’œuvre. Parce que là, tu vois, je me suis aperçue que j’avais vraiment raté leur éducation. Flashdance ? Jamais vu ! Inimaginable ! Fallait donc remédier sur le champ à mes graves manquements maternels. Je peux te dire qu’elles n’étaient pas plus emballées que ça les minettes. Mais comme elles ont bien vu qu’il s’agissait d’un de ces moments cruciaux dans ma vie où il ne faut pas me chercher, elles se sont exécutées sans broncher. J’en conviens, le film a un peu vieilli, mais cette scène finale… ! Il faut quand même que tu saches que nous sommes une famille de danseuse. 20 ans de danse classique et moderne pour moi. J’ai commencé à quatre ans et arrêter à 24 ans, enceinte de Pomme. J’ai fais le conservatoire de danse moi. Oui Madame ! De même que le conservatoire de Piano ! Madame mère veillait à ce que mon éducation soit parfaite. Manquait plus que les cours de cuisine et j’étais bonne à marier ! Elle me rêvait en Bree Van de Kampf… et j’ai finalement terminé en Bridget Jones. Pour mon plus grand bonheur d’ailleurs. Et son grand désespoir. Pomme et Cerise ont commencé la danse classique à 5 ans et elles continuent toutes les deux la danse moderne. Elles sont complètement accros, surtout Pomme qui se défend vachement bien.

J’ai donc attendu leur verdict après cette scène finale d’anthologie. Cerise : « Mouais, c’est pas mal. Mais c’est surement truqué à la fin. Pas possible ». Pomme : « ben c’est vrai qu’elle bouge bien du c** quand même !». (Non mais t’as remarqué comme elles parlent mal mes filles ? Je me demande vraiment d’où elles tiennent ce langage !). Et là, oh misère ! Si tu savais ! J’aurais vraiment mieux fais de me la boucler. Car je leur ai lancé un : « Ben moi aussi, je bougeais bien du c** quand j’étais jeune ». Je te laisse imaginer la scène. Les nouilles mortes de rire « vas-y, fais voir ». Et moi de m’enfoncer un peu plus, « puisqu’on en parle, j’ai décidé de reprendre la danse en septembre avec Catherine (la prof) ». A ce moment là, je crois bien qu’elles ont failli faire pipi dans leur culotte. « Toi, à la danse ???!!! », « t’as déjà trouvé ta tenue de camouflage ? ». Sympa… Vexée, j’ai envoyé au lit deux filles complètement hilares à la pensée de leur mère en justaucorps.

Oui mais voilà. J’étais coincée. Je me suis dis que je ne pouvais plus reculer si je ne voulais pas perdre la face. Et c’était bien fait pour moi. Je suis allée voir Catherine, la prof, qui m’a dit : « Enfin ! Depuis le temps que je t’attendais dans mon cours pour relever un peu le niveau ! ». Pouvais vraiment plus faire marche arrière. Suis quand même allée voir mon bon docteur P. C’était devenu mon seul échappatoire possible.  « Docteur P. il faudrait peut-être mieux que je renonce, vu que je vais avoir 40 ans, que je n’ai pas fais de sport depuis 20 ans, ce n’est peut-être pas trop prudent ? » Sous-entendu « pitié, faites-moi un certificat de contre-indication à la pratique du sport » !!!!! Mais non. Mon bon docteur P était certes un peu perplexe, vu que deux mois auparavant je lui avais expliqué mon projet de maigrir sans régime ni activité physique. Mais il m’a assuré, qu’en commençant doucement, il n’y avait pas de problème. BIEN AU CONTRAIRE. Il fallait le faire. C’était maintenant où jamais. Genre une question de vie ou de mort.

Me suis donc inscrite. Et là, quand Catherine m’a dit dans quel cours elle me casait, j’ai failli tomber raide. Car j’allais me retrouver avec la mère de Louise. Et la mère de Louise, que je vais appeler M, je la connais bien. Une vraie chieuse. Une pure et dure. La seule chose que j’apprécie chez elle, c’est qu’elle a encore un plus gros c** que moi et qu’elle a vraiment du mal à le lever. La mère de Louise, elle veut tout décider. Partout.  Même à l’école de danse. Les cours, les choré, les costumes…. Louise est dans le même cours que Pomme. L’année dernière, pour le gala de fin d’année, c’est elle qui a décidé des costumes des filles. La prof n’a pas eu son mot à dire. Pour ton info, M, est instit. Et bien elle nous a pondu un patron de jupe avec des formules mathématiques et des 3.14 partout. J’y croyais pas ! Ok, je suis pas copine avec les chiffres. Mais je sais coudre une jupette. Ben j’ai rien compris aux instructions. Suis allée crier aux secours auprès de Madame mère, bonne couturière depuis plusieurs décennies (bonne éducation oblige), elle n’a rien capté non plus. Nous nous sommes rabattues sur mon bon Papa, ancien ingénieur dans l’énergie, les chiffres et les formules n’ont pas de mystères pour lui. Ben deux jours plus tard, on avait toujours rien compris. Me suis énervée et j’ai fais la jupette à ma sauce plus celle d’une autre gosse du cours dont la mère était complètement désespérée depuis une semaine avec le patron entre les mains. Je te dis pas la tronche de M quand elle a vu les jupes. « Cela ne rend pas comme il le faudrait ». Moi : « on a rien compris avec vos formules ». Et elle : « Pourtant, même un élève de CM2 est capable de comprendre ». Et vlan. Prends ça dans les dents. Depuis, on s’évite poliment. Même lorsque l’on se parle.

Alors tu t’imagines bien que quand j’ai découvert que j’allais danser avec elle, je me suis dis que j’allais lui en foutre plein les mirettes. Bon, c’est vrai, avant je suis tombée sur les genoux et j’ai été à deux doigts de me désinscrire. Mais j’ai décidé de relever le défi et me suis fixée deux objectifs pour le premier cours en septembre:

1 - Apparaitre sublime et sexy dans une tenue toute aussi sublime et sexy.

2 - Etre complètement « dérouillée » physiquement et enchainer tous les mouvements sans fatigue ni transpiration et avec le sourire.

Pour résumé :

1 - Régime.

2 – Bouger mon popotin.

Ben tu vas pas me croire, parce que moi-même j’y crois pas, mais je m’exécute.

Adieu Fraises Tagada, crocodiles gélatineux et autres nounours à la guimauve. Adieu petit lu et petits roulés aux framboises. Adieu Chocos BN à la vanille et Prince de Lu. Adieu Mc do….. C’est dur ! Et suis enfin passée au coca light…

Et je me bouge ! Je vais au taf en vélo !!! Admire l’exploit… Et je fais du sport…. Sur la WII-Fit. Faut pas pousser quand même ! Suis pas encore prête à affronter le Power-Plate en public. Et en cachette. Pas questions que mes filles me voient et se paient ma tête. Tous les midis. Enfin presque. Doucement il a dit le médecin. Résultat : - 6 kg. Mais je crois que c’est la balance qui déconne. J’ai même changé les piles. Parce que les 6 kg, j’ai beau chercher, je ne vois pas où je les ai perdu. Pas dans les fesses en tout cas….

Allez, je ne désespère pas. Je serai sublime en septembre. Et au gala de fin d’année, telle Jennifer Beals (ou sa doublure), je prendrai mon élan, m’élancerai dans les airs, une, deux ou trois pirouettes et je vais tous les clouer sur place, surtout M. Et après, je crois que j’arrêterai la danse.

FlashdanceTheMusical2.jpg

Purée ! Ecrire ce mail m’a donné une envie de Fraise Tagada ! C’est vraiment pas humain…

Posté par The Three of us à 17:25 - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur Appelez-moi Jennifer Beals !

    Me dis pas que t'as paumé 6 kilos de cervelle quand même ?
    Même si ça ne laisse pas de trace, en principe (sauf si tu fais ça avec un flingue sur la tempe)...
    C'est la poitrine qui a fondu alors ?
    Ou tu as fais pipi juste avant...
    Y'a un problème de physique appliquée, là !

    Posté par L'ignoble, 16 juillet 2010 à 19:16 | | Répondre
  • Non. Je crois que ma cervelle est toujours là et intacte. Donc oui, surement un pb de physique. Mais la physique et moi, c'est comme les chiffres et moi, nous n'avons pas d'atomes crochus. Remarque, ce n'est peut-être pas 6 kg mais 0.6 kg tout compte fait. Bon, faut que je vérifie ça demain....

    Posté par emma, 16 juillet 2010 à 19:30 | | Répondre
  • Je suis morte de rire.
    Merci !

    Posté par kaliuccia, 19 juillet 2010 à 19:01 | | Répondre
  • De rien Kali!

    Posté par emma, 19 juillet 2010 à 21:25 | | Répondre
  • Vérifie, vérifie ! 600 g ou 10 fois plus, ce n'est pas pareil.
    Vu comment tu comptes, peut-être que c'est bien 600 g de cervelle qui sont partis, finalement.
    Pas grave, tu en as encore tellement pour arriver à me faire rire, que je t'adore tout autant !

    Posté par L'ignoble, 20 juillet 2010 à 15:19 | | Répondre
  • Merci l'ignoble. Je suis touchée.

    Posté par emma, 20 juillet 2010 à 16:52 | | Répondre
  • Merci l'ignoble. Je suis touchée.

    Posté par emma, 20 juillet 2010 à 17:00 | | Répondre
Nouveau commentaire